L'utilisation de WhatsApp au travail en Allemagne : Entre utilité et risques juridiques - Quand l'application devient un enjeu professionnel

The WhatsApp application is now an integral part of our daily lives. In the professional context, it is advisable to use the application with prudence. The use of this messaging service raises certain questions, particularly with regard to data protection and labour law.

Protection of data

L’un des principaux points critiques de l’application est la protection des données. Lors de l’utilisation de l’application, WhatsApp accède systématiquement aux carnets d’adresses des utilisateurs. Or, ces contacts n’ont souvent pas donné leur accord pour transmette leurs données à l’application.

Droit du travail

Sur le plan du droit du travail, l’utilisation légale de WhatsApp peut être un défi, notamment lorsque l’utilisation privée d’appareils professionnels est autorisée. Il s’agit de savoir quelles données peuvent être consultées par l’employeur sans pour autant violer la vie privée des employés. Cette question est particulièrement délicate lorsque l’employeur a connaissance des contenus dans les discussions WhatsApp qui pourraient justifier un licenciement. A cette occasion, la jurisprudence prévoit les dispositions suivantes.  

What are the professional risks associated with the use of WhatsApp?

La publication d’images montrant des employés faire la fête pendant un arrêt maladie peut justifier un licenciement. Une employée, assistante dans le domaine de la santé avait été affectée au service du soir pour un week-end. Celle-ci elle avait déposé un arrêt maladie pour ladite date. L’assistante s’était rendue à une fête le samedi soir, comme l’ont montré des photos sur le site Internet de l’organisateur et dans son statut WhatsApp. L’employeur a ensuite licencié l’assistante pour faute grave (ArbG Siegburg, arrêt du 1 décembre 2022 – 5 CA 1200/22). L’affaire est toujours en cours.


Si une employée diffuse de fausses allégations susceptibles de nuire à la réputation d’un collègue, cela peut également constituer un motif de licenciement. Ici, il est essentiel de déterminer si l’affirmation est rendue publique et nuit ainsi à la paix sociale. Dans le cas présente, une employée avait transmis par WhatsApp à une autre collègue l’affirmation selon laquelle un collègue avait été condamné pour viol. La salariée a été licenciée durant sa période d’essai (LAG Baden-Württemberg, arrêt du 14 mars 2019 – 17 SA 52/18).


An employee made insulting, sexist and inhumane comments towards the employer in a WhatsApp group with colleagues. The comments were made in a confidential environment such as a private WhatsApp group. As a result, the general right to privacy of the person concerned prevails over the right of the employer and the dismissal was declared null due to the prohibition to use the information obtained illegally (LAG Niedersachsen, arrêt du 19 décembre 2022 - 15 SA 286/22).


Quant à la protection des données, l’utilisation privée du portable professionnel peut causer des conflits en cas de licenciement. Un employeur cherchait à accéder aux données du portable professionnel afin d’obtenir des preuves pour justifier le licenciement immédiat de l’employé. L’utilisation du portable professionnel à des fins privées était toutefois autorisée. Le traitement des données, l’accès et l’analyse des messages privés sur WhatsApp étaient illicites, ce qui a donné lieu au versement des dommages et intérêts à l’employé pour violation de la protection des données (ArbG Mannheim, arrêt du 20 mai 2021 – 14 CA 135/20).

Si vous souhaitez davantage d’informations, nos experts-comptables franco-allemands se tiennent à votre disposition à Paris et à Bonn pour un conseil personnalisé. De plus, nous vous conseillons volontiers dans toute la France et l’Allemagne par téléphone et vidéoconférence. Votre expert-comptable franco-allemand FRADECO.

Cette note franco-allemande contient des informations résumées. Merci de nous contacter pour un conseil adapté à votre situation. Nous ne pouvons être tenus responsables d'une interprétation erronée.

Exclusion de garantie

The preparation of these newsletters in French and German has been the subject of the utmost care, subject to modifications, errors and omissions. This abstract legal presentation in this newsletter can in no way replace an individualised Franco-Allemand advice on civil and tax law for each specific case. Subsequent modifications of the legal framework, of the opinions of the German or French tax authorities or of jurisprudence, including those with retroactive effects, are possible.